economist gmo eugenics nature synthetic biologyLa révolution de la biologie synthétique de plusieurs billions de dollars réduit les plantes et les animaux à des faisceaux de matière insignifiants qui peuvent être « mieux faits » par une entreprise.

Une idée erronée (un dogme) – l'idée que les faits scientifiques sont valables sans la philosophie , ou une croyance en l'uniformitarisme – est à la base de la biologie synthétique ou « eugénisme sur la nature ».

Lorsqu'il s'agit d'une pratique qui perturbe profondément les fondements de la nature et de la vie humaine, cela peut être un argument selon lequel la prudence est de mise avant que la pratique ne soit lancée et que la laisser « muette » par des entreprises à but lucratif à court terme n'est pas responsable. .

La reprogrammation de la nature (biologie synthétique) est extrêmement alambiquée, ayant évolué sans intention ni orientation . Mais si vous pouviez synthétiser la nature, la vie pourrait être transformée en quelque chose qui se prête davantage à une approche technique, avec des pièces standard bien définies.

The Economist (Redesigning Life, April 6th, 2019)

L'idée que les plantes et les animaux sont des faisceaux de matière sans signification n'est pas plausible pour diverses raisons.

Si les plantes et les animaux doivent posséder une expérience significative , ils doivent être considérés comme significatifs dans un contexte qui peut être désigné comme la « vitalité de la nature » ou le plus grand tout de la nature ( philosophie Gaïa ), dont l'humain fait partie et dont le l'homme a l' intention d'être une partie prospère.

De ce point de vue, un niveau de base de respect (moralité) peut être essentiel pour que la nature prospère.

La vitalité de la nature - le fondement de la vie humaine - est un motif pour remettre en question la validité de l'eugénisme sur la nature avant qu'il ne soit pratiqué. Un environnement naturel et une source de nourriture utiles peuvent constituer une base plus solide pour l'humanité.


🧬 L'eugénisme sur la nature (OGM)

[ Origine de l'idéologie eugéniste ] [ Sélection d'embryons ] [ Arguments contre les OGM ]

L'eugénisme est un sujet émergent ces dernières années. En 2019, un groupe de plus de 11 000 scientifiques a fait valoir que l'eugénisme pouvait être utilisé pour réduire la population mondiale.

(2020) Le débat sur l'eugénisme n'est pas terminé - mais nous devons nous méfier des personnes qui prétendent qu'il peut réduire la population mondiale Andrew Sabisky, un conseiller du gouvernement britannique, a récemment démissionné suite à des commentaires soutenant l'eugénisme. À peu près à la même époque, le biologiste évolutionniste Richard Dawkins - mieux connu pour son livre The Selfish Gene - a provoqué la controverse lorsqu'il a tweeté que même si l'eugénisme est moralement déplorable, cela "fonctionnerait". La source: Phys.org (2020) L'eugénisme est à la mode. C'est un problème. Toute tentative de réduction de la population mondiale doit se concentrer sur la justice reproductive. La source: Washington Post

La révolution de la biologie synthétique de plusieurs billions de dollars réduit les plantes et les animaux à des faisceaux de matière insignifiants qui peuvent être « mieux faits » par une entreprise et l'idée sous-jacente finira logiquement par affecter également les gens.

L'idée derrière l'eugénisme - l'hygiène raciale - qui a conduit à l'Holocauste nazi a été soutenue par des universités du monde entier. Cela a commencé avec une idée qui n'était pas naturellement défendable et qui était censée nécessiter ruse et tromperie. Cela a entraîné une demande de personnes ayant les capacités des nazis.

Le célèbre spécialiste allemand de l'Holocauste Ernst Klee a décrit la situation comme suit :

“Les nazis n'avaient pas besoin de la psychiatrie, c'était l'inverse, la psychiatrie avait besoin des nazis.”

Vingt ans avant la fondation du parti nazi, la psychiatrie allemande a commencé par le meurtre organisé de patients psychiatriques par le biais de régimes de famine et ils ont continué jusqu'en 1949 ( Euthanasie par famine en psychiatrie 1914-1949 ). En Amérique, la psychiatrie a commencé avec des programmes de stérilisation de masse et des programmes similaires ont également eu lieu dans plusieurs pays européens. L'Holocauste a commencé avec le meurtre de plus de 300 000 patients psychiatriques.

Le psychiatre critique, le Dr Peter R. Breggin , l'a étudié pendant des années et en dit ce qui suit :

Pourtant, alors que la victoire alliée avait mis fin aux morts dans les camps de concentration, les psychiatres, convaincus de leur propre bonté, avaient poursuivi leur macabre tâche meurtrière après la fin de la guerre. Après tout, disaient-ils, « l'euthanasie » n'était pas la politique de guerre d'Hitler, mais une politique médicale de la psychiatrie organisée.

Les patients ont été tués pour leur propre bien ainsi que celui de la communauté.

En 2014, le journaliste du New York Times Eric Lichtblau a publié le livre Les nazis d'à côté: comment l'Amérique est devenue un refuge pour les hommes d'Hitler, qui montrait que plus de 10 000 nazis de haut rang avaient émigré aux États-Unis après la Seconde Guerre mondiale. Leurs crimes de guerre ont été rapidement oubliés et certains ont reçu l'aide et la protection du gouvernement américain.

(2020) L'Amérique s'engage-t-elle sur la voie de l'Allemagne nazie ?

wayne allyn root

Je ne peux pas exprimer à quel point l'écriture de cet éditorial m'a rendu vraiment triste. Mais je suis un patriote américain. Et je suis un juif américain. J'ai étudié les débuts de l'Allemagne nazie et de l'Holocauste. Et je peux clairement voir des parallèles avec ce qui se passe en Amérique aujourd'hui.

OUVRE TES YEUX. Étudiez ce qui s'est passé dans l'Allemagne nazie pendant la tristement célèbre Kristallnacht. La nuit du 9 au 10 novembre 1938 marque le début de l'attaque des nazis contre les Juifs. Les maisons et les commerces juifs ont été pillés, profanés et incendiés pendant que la police et les «bonnes personnes» se tenaient là et regardaient. Les nazis ont ri et applaudi lorsque des livres ont été brûlés.

Wayne Allyn Root - auteur à succès et animateur de talk-show syndiqué à l'échelle nationale sur USA Radio Network

La source: Townhall.com

La chroniqueuse du New York Times Natasha Lennard a récemment mentionné ce qui suit :

natasha lennard (2020) Stérilisation forcée des pauvres femmes de couleur Il n'est pas nécessaire qu'il y ait une politique explicite de stérilisation forcée pour qu'un système eugéniste existe. La négligence et la déshumanisation normalisées suffisent. Ce sont des spécialités trumpiennes, oui, mais aussi américaines que la tarte aux pommes. La source: The Intercept

Sélection d'embryons 

La sélection d'embryons est un exemple moderne d'eugénisme qui montre à quel point l'idée est facilement acceptée par la perspective de l'intérêt personnel à court terme des humains.

Les parents veulent que leur enfant soit en bonne santé et prospère. Confier le choix de l'eugénisme aux parents pourrait être un stratagème permettant aux scientifiques de justifier leurs croyances et pratiques eugéniques autrement moralement répréhensibles. Ils pourraient se greffer sur le dos de parents qui pourraient avoir à l'esprit des facteurs tels que des soucis financiers, leurs opportunités de carrière et des priorités similaires qui pourraient ne pas avoir une influence optimale sur l'évolution humaine.

La demande croissante de sélection d'embryons montre à quel point il est facile pour les humains d'accepter l'idée de l'eugénisme.

(2017) L'adoption par la Chine de la sélection d'embryons soulève des questions épineuses sur l'eugénisme En Occident, la sélection d'embryons fait toujours craindre la création d'une classe génétique d'élite, et les critiques parlent d'une pente glissante vers l'eugénisme, un mot qui fait penser à l'Allemagne nazie et au nettoyage racial. En Chine, cependant, l'eugénisme manque d'un tel bagage. Le mot chinois pour eugénisme, yousheng , est utilisé explicitement comme positif dans presque toutes les conversations sur l'eugénisme. Yousheng consiste à donner naissance à des enfants de meilleure qualité. La source: Nature.com (2017) L'eugénisme 2.0 : nous sommes à l'aube du choix de nos enfants Serez-vous parmi les premiers parents à choisir l'obstination de leurs enfants ? Alors que l'apprentissage automatique déverrouille les prédictions des bases de données ADN, les scientifiques disent que les parents pourraient avoir des options pour sélectionner leurs enfants comme jamais auparavant. La source: MIT Technology Review

Origine de l'idéologie eugéniste 

La publicité du premier congrès d'eugénisme montre un lien avec la psychiatrie ou des gens qui y croyaient, ce qui peut aider à en expliquer l'origine.

La psychiatrie est basée sur le déterminisme (une croyance qu'il n'y a pas de libre arbitre ) et l'idée que l'esprit prend naissance dans le cerveau de manière causale. Le dépliant du premier congrès d'eugénisme montre comment le cerveau explique causalement l'esprit.

eugenics congres flyer promotion

“L'eugénisme est l'auto-direction de l'évolution humaine”

L'idée à la base de la psychiatrie, l'idée qu'il n'y a rien de plus dans la vie et dans l'esprit humain que ce qui peut être démontré à l'aide de la science empirique ( déterminisme ), est la même idée qui est à la base de l'eugénisme. Pour qu'un désir de « se tenir au-dessus de la vie » surgisse, il faut être convaincu que la vie n'a pas de sens.

Sens de la vie

« Quel est le sens de la vie ? » est une question qui a conduit beaucoup à des atrocités, contre eux-mêmes et contre les autres. Dans une mauvaise tentative pour surmonter la « faiblesse » résultant de l'incapacité à répondre à la question, certains pensent qu'ils devraient vivre avec une arme sous le nez.

Une citation souvent citée du nazi Hermann Göring : « Quand j'entends le mot culture, je déverrouille mon arme !

Il est facile d'affirmer que la vie n'a pas de sens parce que les preuves empiriques sont impossibles.

En science, l'incapacité à définir le sens de la vie a abouti à un idéal pour abolir la morale.

GM: science out of control 110 (2018) Progrès immoraux : la science est-elle hors de contrôle ? Pour de nombreux scientifiques, les objections morales à leur travail ne sont pas valables : la science, par définition, est moralement neutre, de sorte que tout jugement moral à son sujet reflète simplement l'analphabétisme scientifique. La source: New Scientist (2019) Science et morale : La morale peut-elle être déduite des faits de la science ? La question aurait dû être réglée par le philosophe David Hume en 1740 : les faits de la science ne fournissent aucune base aux valeurs . Pourtant, telle une sorte de mème récurrent, l'idée que la science est toute-puissante et résoudra tôt ou tard le problème des valeurs semble renaître à chaque génération. La source: Duke University: New Behaviorism

La morale est basée sur des « valeurs » et cela signifie logiquement que la science veut aussi se débarrasser de la philosophie.

Le philosophe Friedrich Nietzsche (1844-1900) dans Par-delà le Bien et le Mal (chapitre 6 - Nous Autres Savants) a partagé la perspective suivante sur l'évolution de la science par rapport à la philosophie.

Friedrich NietzscheLa déclaration d’indépendance de l’homme scientifique, son émancipation de la philosophie, voilà les plus subtils produits de l’ordre et du désordre démocratiques ! La présomption et la glorification de soi sont aujourd’hui partout chez le savant en pleine floraison printanière, par quoi il ne faudrait pas entendre que la louange de soi ait bonne odeur. « Plus de maîtres ! » c’est encore le cri de l’instinct plébéien, et la science, après s’être défendue avec un succès éclatant de la théologie dont elle fut trop longtemps la « servante », s’avise maintenant, avec une absurde arrogance, de faire la loi à la philosophie et essaye, à son tour, de jouer au « maître » — que dis-je ! Au PHILOSOPHE.

Il montre le chemin parcouru par la science depuis dès 1850. La science a voulu se débarrasser de la philosophie.

Les perspectives sur la philosophie présentées par des scientifiques lors d'un forum de l'Université de Cambridge, au Royaume-Uni, en donnent un exemple : 

La philosophie c'est de la foutaise.

Afficher plus de devis

Comme on peut le voir, du point de vue de la science, la philosophie, qui inclut la morale, devrait être abolie pour que la science s'épanouisse.

Lorsque la science s'exerce de manière autonome et entend se débarrasser de toute influence de la philosophie, la « connaissance » d'un fait scientifique entraîne nécessairement la certitude. Sans certitude, la philosophie serait essentielle, et cela serait évident pour tout scientifique, ce qui n'est pas le cas.

Cela signifie qu'il y a une croyance dogmatique impliquée (une croyance en l'uniformitarisme ) qui légitime l'application autonome de la science sans se demander si c'est réellement « bon » ce qui est fait (c'est-à-dire sans moralité).

L'idée que les faits de la science sont valables sans la philosophie aboutit à la tendance naturelle à abolir complètement la morale.


L'athéisme a alimenté la négligence

L'athéisme est une porte de sortie pour les personnes qui seraient potentiellement (enclines à) rechercher les conseils que les religions promettent de fournir. En se révoltant contre les religions, ils (espèrent) trouver une stabilité dans la vie.

Atheism campaigndios no existe

Le fanatisme développé par l'athéisme sous la forme d'une croyance dogmatique dans les faits de la science aboutit logiquement à des pratiques telles que l'eugénisme. Le désir d'une « issue de facilité » par les personnes qui tentent d'échapper à l'exploitation religieuse de leur faiblesse (lire : l'incapacité à répondre à la question « Quel est le sens de la vie ? » ou « Pourquoi la vie existe-t-elle ? »), se traduit par corruption pour « acquérir des qualités » d'une manière immorale.

Parce que l'origine de la vie est inconnue, il est évident que la science a l'intention d'utiliser la négligence alimentée par l'athéisme - l'ignorance obstinée de la question "pourquoi" la vie existe - comme fondement d'une révolution de la biologie synthétique dans laquelle la vie animale et végétale perd son sens au-delà du portée de la valeur empirique .


La science comme principe directeur de la vie ?

woman moral compass 170Alors que la répétabilité de la science fournit ce qui peut être considéré comme une certitude dans le cadre d'une perspective humaine dont la valeur peut être rendue évidente par le succès de la science, la question serait de savoir si l'idée que les faits de la science sont valables sans la philosophie , est exacte sur un plan niveau fondamental. Si l'idée n'est pas valable, cela a de profondes implications.

Alors que, du point de vue de la valeur utilitaire, on pourrait soutenir qu'un «facteur de certitude» n'est pas en cause, lorsqu'il s'agit de l'utilisation de l'idée comme principe directeur, comme c'est le cas avec l'eugénisme sur la nature, il deviendrait important .

L'utilité d'un modèle du monde n'est qu'une valeur utilitaire et ne peut logiquement fonder un principe directeur puisqu'un principe directeur concernerait l'essentiel pour que la valeur soit possible ( a priori ou « avant la valeur »).


Arguments contre les OGM 

GM: science out of control 250La partie ci-dessus de l'article vise à indiquer qu'il peut s'agir d'un argument selon lequel la prudence (pensée critique) est requise avant de pratiquer l'eugénisme sur la nature (OGM), et que les OGM ont été jusqu'à présent une pratique non guidée dans laquelle les entreprises à court terme terme de profit financier sont lâchés ('run dumb').

En outre, il vise à créer une base pour remettre en question le fondement théorique sous-jacent de l'eugénisme sur la nature et il laisse entendre qu'une croyance en l'uniformitarisme lorsqu'il s'agit des présumées « lois de la nature » (l'idée que les faits de la science sont valables sans la philosophie et donc sans moralité) peut être considéré comme invalide en utilisant un raisonnement logique.


Critique de l'argument principal des tenants des OGM : l’élevage sélectif se fait depuis 10 000 ans…”

Un argument principal des partisans des OGM est que les humains pratiquent l'élevage sélectif depuis 10 000 ans.

Le spécial cité sur la biologie synthétique dans The Economist (Redesigning Life , 6 avril 2019) a utilisé cet argument comme premier argument. La spéciale a commencé par ce qui suit :

Les humains ont transformé la biologie à leurs propres fins pendant plus de 10 000 ans…

L'élevage sélectif est une forme d'eugénisme.

Avec l'eugénisme, on se dirige « vers un état ultime » tel qu'il est perçu par un spectateur extérieur (l'humain). Cela peut être à l'opposé de ce qui est considéré comme sain dans la nature qui recherche la diversité pour la résilience et la force .

Citation d'un philosophe dans une discussion sur l'eugénisme :

cheveux blonds et yeux bleus pour tout le monde

utopie

-Imp

Avec l'élevage sélectif, on travaille avec de vrais animaux et plantes - des êtres significatifs avec un but - et une population de millions d'individus. Le potentiel de façonner l'évolution de cette manière est limité et les animaux et les plantes individuels peuvent être en mesure de surmonter les problèmes. Malgré cela, l'élevage sélectif cause des problèmes mortels en raison de la nature de l'eugénisme qui réside sur l'essence de la consanguinité .

cow(2021) La façon dont nous élevons les vaches les prépare à l'extinction Chad Dechow – professeur agrégé de génétique des bovins laitiers – et d'autres disent qu'il y a tellement de similitudes génétiques entre eux que la taille effective de la population est inférieure à 50. Si les vaches étaient des animaux sauvages, cela les placerait dans la catégorie des espèces en danger critique d'extinction . La source: Quartz

Alors qu'il y a 9 millions de vaches aux États-Unis, d'un point de vue génétique, il n'y a que 50 vaches vivantes en raison de la nature de l'eugénisme qui repose sur l'essence de la consanguinité .

C'est à peu près une grande famille consanguine », explique Leslie B. Hansen, spécialiste des vaches et professeur à l'Université du Minnesota. Les taux de fertilité sont affectés par la consanguinité, et déjà, la fertilité des vaches a chuté de manière significative. De plus, lorsque des parents proches sont élevés, de graves problèmes de santé peuvent se cacher.


Eugénisme à base d'OGM

Avec le génie génétique, l'automatisation basée sur l'intelligence artificielle et la croissance exponentielle , les changements pour un résultat escompté peuvent être appliqués à grande échelle, affectant directement des millions d'animaux et de plantes à la fois.

La situation est assez différente de l'élevage sélectif et l'idée de la biologie synthétique sur le terrain est que le résultat de l'ensemble de l'effort sera que la science « maîtrisera la vie » et pourra créer et contrôler l'évolution des espèces en temps réel, comme une « approche d'ingénierie '.

On peut le voir dans la citation du spécial de The Economist ( Redesigning Life , 6 avril 2019) :

La nature de la reprogrammation est extrêmement alambiquée, ayant évolué sans intention ni orientation. Mais si vous pouviez synthétiser la nature , la vie pourrait être transformée en quelque chose qui se prête davantage à une approche technique , avec des pièces standard bien définies .

La vie peut-elle avoir des parties standard bien définies pour que la science puisse maîtriser et « reconcevoir » la vie ?


Arguments contre les OGM :

  1. Arguments 1: L'eugénisme repose sur l'essence de la consanguinité dont on sait qu'elle cause des problèmes mortels.L'eugénisme favorise la faiblesse sur le long terme.
  2. Arguments 2: L'origine de la vie et de la moralité ne peut être ignorée.

L'utilisation du génie génétique pour éliminer les «gènes indésirables» et les maladies de l'évolution favorise logiquement la faiblesse en raison du principe selon lequel surmonter les problèmes donne de la force.

La raison en est l'essentialité de la résilience , la capacité à surmonter des problèmes imprévisibles , pas seulement ceux qui peuvent être prédits.

Surmonter les problèmes est essentiel pour progresser dans la vie. Certains défauts perçus peuvent faire partie d'une stratégie évolutive de 300 ans qui est essentielle pour acquérir des solutions pour une survie à plus long terme. La lutte pour surmonter les défauts ou les maladies rend une forme de vie plus forte à l'avenir. Filtrer les gènes (eugénisme) équivaudrait à fuir au lieu de surmonter les problèmes et se traduirait donc logiquement par une faiblesse accrue au fil du temps.

Une vie facile ou une progéniture avec des gènes liés à la prospérité sociale (financière, professionnelle, etc.) n'est peut-être pas ce qui est bon pour l'évolution à plus long terme.

Il est logiquement bon d'avoir l'intention de prévenir la maladie. Il existe peut-être de bons cas d'utilisation de l'eugénisme lorsque certaines questions fondamentales sont abordées et maintenues à l'esprit. Comme il apparaît cependant, l'idée que l'humain peut "maîtriser" la vie elle-même est basée sur une croyance dogmatique en l'uniformitarisme (l'idée que les faits de la science sont valables sans philosophie et donc sans moralité), ce qui pourrait entraîner des défauts désastreux dans l'évolution. .

Il peut être préférable de servir la vie au lieu d'essayer de se tenir au-dessus d'elle.

“Une tentative de se tenir au-dessus de la vie, comme étant la vie, aboutit logiquement à une pierre figurative qui s'enfonce dans l'océan du temps.”

Le principe de l'eugénisme repose sur l'essence de la consanguinité dont on sait qu'elle cause des problèmes mortels.


Moralité ignorée

Lorsqu'il s'agit de moralité, cela concernerait la question de savoir si les OGM sont bons pour les animaux et les plantes concernés.

Pourquoi un humain serait-il motivé à explorer la moralité des animaux et des plantes ? Ou alternativement, pourquoi un être humain serait-il motivé à prendre en considération le raisonnement moral lorsqu'il s'agit de la question de savoir si les OGM doivent être appliqués ou non, compte tenu du motif de profit de 1 000 milliards de dollars USD ?

Quand les humains consommeraient un animal ou une plante de toute façon, pourquoi son stade de vie vaudrait-il plus que la valeur que l'animal ou la plante fournit à l'humain ?

Dans un monde déterministe, l'animal ou la plante dans l'assiette est tout ce qu'il faudrait considérer.

Cependant, lorsque le déterminisme n'est pas valide, la moralité peut exiger d'empêcher un manque de respect pour les animaux et les plantes avant qu'ils n'entrent dans l'assiette alimentaire d'un humain et il serait donc important de pouvoir répondre à la question de savoir si la moralité pour les animaux et les plantes peut être ignoré en toute sécurité.


Conclusion

Une idée erronée (un dogme) – l'idée que les faits scientifiques sont valables sans la philosophie , ou une croyance en l'uniformitarisme – est à la base de la biologie synthétique ou « eugénisme sur la nature ».

L'eugénisme exigerait que le déterminisme soit vrai. Le site debatingfreewill.com (2021) des professeurs de philosophie Daniel C. Dennett et Gregg D. Caruso est une indication que le débat n'est pas tranché. La biologie synthétique est donc une pratique qui exige que quelque chose soit vrai dont il est évident qu'on ne peut pas dire que c'est vrai.

Lorsqu'il s'agit d'une pratique qui perturbe profondément les fondements de la nature et de la vie humaine, cela peut être un argument selon lequel la prudence est de mise avant que la pratique ne soit lancée et que la laisser « muette » par des entreprises à but lucratif à court terme n'est pas responsable. .

La reprogrammation de la nature (biologie synthétique) est extrêmement alambiquée, ayant évolué sans intention ni orientation . Mais si vous pouviez synthétiser la nature, la vie pourrait être transformée en quelque chose qui se prête davantage à une approche technique, avec des pièces standard bien définies.

The Economist (Redesigning Life, April 6th, 2019)

L'idée que les plantes et les animaux sont des faisceaux de matière sans signification n'est pas plausible pour diverses raisons.

Si les plantes et les animaux doivent posséder une expérience significative , ils doivent être considérés comme significatifs dans un contexte qui peut être désigné comme la « vitalité de la nature » ou le plus grand tout de la nature ( philosophie Gaïa ), dont l'humain fait partie et dont le l'homme a l' intention d'être une partie prospère.

De ce point de vue, un niveau de base de respect (moralité) peut être essentiel pour que la nature prospère.

La vitalité de la nature - le fondement de la vie humaine - est un motif pour remettre en question la validité de l'eugénisme sur la nature avant qu'il ne soit pratiqué. Un environnement naturel et une source de nourriture utiles peuvent constituer une base plus solide pour l'humanité.


La morale, comme 💗 l'amour, ne peut pas être "écrite", 🐿️ les animaux ont besoin de vous!